Mon histoire, maison 2

Après notre première maison et la première partie de mon histoire, il me fallait retrouver un équilibre. Afin de m’y aider, nous avons donc entrepris de chercher une nouvelle maison avec un jardin.

Le village où nous habitions étant très recherché, nous n’en trouvions pas à notre goût et dans notre budget. Mais mon besoin de jardin étant impératif, nous avons fini par chercher dans le village d’à côté et nous avons trouvé le bien correspondant au mieux à nos critères.

Ce village n’offrait pas les même commodités, mais sa promiscuité nous permis de décider de ne pas changer les enfants d’école, ni de nos habitudes de vie (médecin, commerces, etc…). Etant toujours agoraphobe (peur des lieux publics), il était important pour moi de ne pas perdre ces repères.

Cette maison avait été construite dans les années 80. Elle avait besoin d’un gros coup de jeune mais elle avait une bonne base et son jardin était planté de nombreux arbres fruitiers : pommier, figuier, amandiers, prunier, cerisiers, pêcher… Les précédents propriétaires ne l’ayant pas beaucoup entretenu, c’était une sacrée forêt vierge ! 😀

Je n’ai plus de photos de nos débuts dans cette maison car nous avons perdu toutes celles correspondant à cette époque.

Le jardin possédait beaucoup d’arbres. Sous le vieux pommier, je laissais une prairie naturelle.

A peine arrivés, nous nous sommes attaqués aux transformations : débroussaillage du jardin, création de massifs, d’un potager, démolition de murs dans la maison, peintures, nouveaux sols…

Toutes les boiseries ont été repeintes en gris pour redonner un coup de jeune à l’ensemble.

Si je m’éclatais dans tous ces aménagements, je devais affronter ma peur de l’extérieur chaque jour en allant au travail, en allant faire les courses, récupérer les enfants à l’école… je n’avais qu’une hâte, rentrer chez moi le soir pour retrouver ma petite famille et mon refuge où je me sentais apaisée et heureuse.

Le mur d’enceinte, la terrasse surélevée ainsi que la dépendance attenante à la maison ont été peint en gris anthracite pour cacher les parpaings qui avaient été laissés apparents par les précédents propriétaires.

Me sentant si bien chez moi malgré ma maladie, j’avais envie d’en parler, de partager. Alors un an après notre arrivée, sur un coup de tête, je me mis à écrire un blog pour raconter l’évolution de notre maison et de notre jardin. Ce fut une expérience très enrichissante 🙂

Le grand nombre d’arbres ne nous laissait pas l’opportunité d’avoir assez de soleil pour un potager. Nous avons donc fait abattre l’un des grands sapins qui se trouvait devant la cabane des enfants.
Le tronc du sapin a été découpé en tronçons pour nous permettre de le recycler en clôture improvisée 😉

Je fis de chouettes rencontres au sein d’une communauté de jardiniers(ères). Ce fut l’occasion pour moi d’apprendre à me dépasser et d’avancer vers la guérison. J’eu envie de rencontrer en vrai certaines jardinières, de me lancer dans le zéro déchet et d’affronter mes peurs en demandant aux commerçants d’accepter mes contenants réutilisables et même passer à la radio ! Toutes ces choses peuvent paraitre anodines, mais pour une agoraphobe, ce sont des épreuves très angoissantes.

Cette fois-ci, il nous fallut 5 ans pour rénover la maison et créer un jardin comme j’en rêvais avec ses massifs, la serre, le potager, une mare, une cabane… Nous avions même créé le poulailler que je voulais tant ! J’étais comme une enfant le jour où nous sommes allés chercher mes premières poulettes 🙂

Ces dernières années me permirent de me concentrer sur la création d’un environnement plus sain pour moi et ma petite famille : une maison désencombrée, pratique et chaleureuse, un jardin où il faisait bon de travailler et s’émerveiller. Nous avions une vie plus calme, plus consciente, plus responsable, plus riche.

Alors forcément, au bout d’un moment, nous avons eu besoin de passer à l’étape suivante. Pour Ludo c’était de déménager en province. Cela faisait longtemps que nous en avions envie mais des déboires dans sa carrière professionnelle rendaient ce besoin plus pressant.

Quand à moi je sentais qu’il fallait que je guérisse complètement de l’agoraphobie. Parce que même si j’arrivais à aller travailler chaque jour, aller au supermarché, me rendre en voiture quelque part seule… cela ne se faisait pas sans crises de panique. Et puis je m’ennuyais tant dans mon travail que je n’étais pas pleinement épanouie. Je me sentais incapable d’entreprendre toute action pour en changer… Alors un déménagement avec de nouveaux repères à apprivoiser, n’en parlons même pas ! 😉

Au cours de l’été 2018, en rentrant de nos vacances en Gironde d’où il devenait de plus en plus difficile de remonter chaque année, je pris la décision d’y remédier. Je pris le taureau par les cornes et pris rendez-vous avec une coach en développement personnel. Là encore, ce fut une très belle rencontre. Après quelques mois de travail, j’appris à faire le deuil de certaines étapes douloureuses de ma vie mais aussi à observer ce que je ressens au quotidien pour un meilleur équilibre.

Eté 2018 – Carcans plage

Puis un jour, je réussis à dompter mon agoraphobie ! Ce fut une très grande victoire pour moi 🙂

Dès lors, les choses s’enchainèrent : Ludo reçut une proposition de poste sur Bordeaux, rapidement confirmée, il nous fallu mettre la maison en vente. La même agence immobilière fut contactée et elle fut ravie de vendre une nouvelle fois l’un de nos biens qui trouva preneur en 5 jours.

C’est comme ça qu’au cour de l’été 2019, il nous fallut trouver notre nouveau lieu de vie. Je dû faire aussi le deuil de notre jardin que j’avais tant aimé et qui m’avait apporté tant de bonheur.

Même le jardin a déménagé 😛

Mais je vous raconte ça au prochain épisode 😉

16 commentaires sur “Mon histoire, maison 2

  1. Bonjour Estelle .Que j’aimais cette maison et suivre vos travaux .Elle avait beaucoup de charme et vous l’avez façonné à votre image en espérant que les nouveaux propriétaire en prenne grand soin .
    Je suis très heureuse pour vous que vous avez vaincu votre agoraphobie et je vous félicite je sais que ce n’et pas facile à vivre quelque soit la maladie de l’aide il en faut .
    Vivez pleinement le bonheur dans votre nouvelle maison qui prends au fil du temps et même rapidement je trouve un lieu plein de sérénité pour vous et les vôtres .
    Belle soirée Estelle

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Emmanuelle 🙂
      C’était une période très riche de ma vie. Malgré la maladie, j’en garde un très bon souvenir. J’ai rencontré tant de belles personnes qui m’ont aidé sans le savoir, juste en me lisant ou en me laissant un petit commentaire.
      Bonne journée 😉

      J'aime

  2. Je me rappelle parfaitement de notre 1ère rencontre 😊 C’était sur un blog ami, où il était question de bouturer le géranium Rozanne, je t’avais trouvée tellement cocotte 🤗 😉 que j’ai voulu te connaitre et j’ai découvert ton blog, ce jardin et une personne pleine de sensibilité avec qui je me suis sentie en confiance et complètement en phase. Quel bonheur de t’avoir suivie dans ce havre où tu as trouvé la paix et la volonté de tourner la page sur les épisodes douloureux du passé. Ce paradis fleuri et plein de bonnes idées déco, j’ai eu aussi du mal à le quitter 😥 mais bien sûr te suivre dans ce nouvel espace vierge est tout aussi passionnant 😊 Il a tellement évolué en à peine deux ans! mais cela c’est pour le prochain volet 😉 L’amitié, c’est simple comme un coup de fil! 😉 Elle te fait sortir de cette léthargie, arrivée avec un certain virus… Des gros bisous ma chère Tite Etoile ( merci Carole 🙂 )

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Nath pour ces mots (et pour le coup de fil 😉). Je garde un très bon souvenir de ces années que j’ai partagé avec toi et mes autres « copines de blog ». Cela me manque aujourd’hui, ce jardin, le blog, nos échanges… mais une autre page va s’écrire. Je dois avancer vers mon nouveau jardin et d’autres projets. J’espère qu’on gardera malgré tout ce lien qui nous uni 🙂
      Bisous et belle journée !

      J'aime

  3. Bonsoir Estelle!
    Quand un arbre abattu reprend vie d’ une si belle façon! Comme j’ ai aimé cette idée, je m’ en souviens bien! J ‘ai « rencontré » Nath et toi, sa p’ tite étoile quasi dans la foulée, blogs, passions et plus si affinités de jardinières pour vous deux! Le massif de Nell dans son beau jardin, un peu plus haut que ta Gironde maintenant, est bien la preuve que des liens peuvent naître sur un format assez froid avec un clavier comme plume pour raconter des histoires de maisons, de jardins, de rosiers, de vieux pommier et de son échelle comme compagne, d’ une quête de potager,
    de poulettes, d’ une Babouche et d’ un p’tit rouquin si mignon vautré dans un fauteuil…
    et…ces fameuses boules de béton, tu t’ en souviens? Avec un des ballons des loulous comme moule!
    Et puis des histoires de… moins quand le trop est devenu envahissant,
    des histoires à dormir debout et d’ autres histoires pour rester…debout, quand le sommeil s’ enfuit.
    Je crois que je suis comme beaucoup, tellement heureuse de te connaître un peu…
    Bises Estelle!
    Carole

    Aimé par 1 personne

    1. Oui je me rappelle de ces boules en béton et de tout le reste ! 😄
      Merci Carole, en quelques lignes, tu as résumé ce qu’était cette période que j’aimais vous raconter.
      Ton message m’a émue 😌
      Bises à toi !

      J'aime

  4. Moi aussi je t’ai connu ici 😀
    Et je trouvais très chouette l’idée de peindre les parpaings, d’ailleurs c’est comme ça que j’avais décidé de peindre ceux de mon garage. Et l’arrivée des poulettes je me souviens bien aussi.
    Le temps passe tellement vite! Bonne soirée

    Aimé par 1 personne

    1. Et moi je me souviens aussi de notre rencontre. J’avais trouvé quelqu’un qui avait la même énergie que moi pour la création, si ce n’est pas plus encore !😄
      J’ai toujours été très admirative de ton travail dans ton jardin, à lutter contre les éléments et réussir à créer un lieu plein de vie.
      Belle journée Cindy 🙂

      J'aime

  5. Perso je regrette juste que nous n’ayons pas pu faire connaissance de visu, j’aurais aimé mettre un visage sur ton prénom, j’aime beaucoup connaître les gens avec qui je converse, certains plus que d’autres
    Je suis comme la précédente lectrice, incapable de me souvenir comment je suis arrivée sur ton blog mais je suis heureuse d’avoir découvert ton univers et chaque fois un peu plus de toi
    Vivement la suite
    Bises Estelle, prends soin de toi

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s